Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Notre itinéraire en Chine - du 6 mars au 10 avril 2011

 

Voici l'itinéraire final réalisé en Chine, dans la région du Yunnan : Mengla, Jinghong, Kunming, Dali, Lijiang, Gorges du Saut du Tigre, Baishuitai, Shangri-La, Shaxi, Dali, Kunming.

 iti03 Chine réel



 

Le Yunnan ça vous gagne ! – Fin du séjour en Chine


Au revoir la Chine. Départ de Kunming en avion direction Kathmandu.

Nous aurons passé un peu plus d’un mois au Yunnan, découvert de magnifiques endroits (montagnes, vallées, gorges, villages...), des gens accueillants avec qui il est souvent difficile de communiquer quand on ne parle pas Chinois, des variétés de plats que l’on s’est fait un régale de gouter, des routards de France et d’ailleurs, une culture bien différente de la nôtre, un mélange de population et d’ethnies, beaucoup de touristes asiatiques, des villes modernes, des villages anciens... Bref un mélange extraordinaire dont on gardera un excellent souvenir.

Prochaines étapes : le Népal puis l’Inde.

 


 

La boucle est bouclée – Kunming – 7 au 10 avril


Un mois passé au Yunnan, nous voilà de retour à Kunming. Nous prendrons l’avion pour Kathmandu dimanche.

On revient à la même guesthouse que l’on avait quitté. Avant de se poser à la guesthouse nous passons récupérer le netbook envoyé depuis la France. Le paquet est arrivé, on retrouve donc un nouvel ordi pour la suite du voyage... Grand merci à Sonia qui a géré l’affaire depuis la France.

Nous restons à Kunming trois jours avant de partir pour le Népal. Pas grand-chose au programme. Repos, magasins, cantine, petit pains chinois, piscine, blog...

pc

Yo sur le netbook - Kunming



 

Un barbecue pour la route – Dali – 6 avril


Départ de Shaxi pour Jianshuan afin de prendre le bus pour Dali. On retrouve la vieille ville de Dali pour quelques heures seulement. Avant de retrouver Steven à la guesthouse, nous achetons nos billets d’avion pour Kathmandu. Cela ne prendra que quelques minutes... Près de 3h rien que ça !

Sur le chemin de l'hôtel on croise, comme souvent lors de notre premier passage ici) des écoliers trop mignons (photo du jour). On retrouve le toulousain dans l’hôtel Six (même hôtel que lors de notre séjour à Dali). On se donne rendez-vous pour un dernier barbecue. Demain Steven pars pour Kunming et nous aussi mais pas dans le même bus (de nuit pour Steven et de jour pour nous). On se fait donc un barbecue et on termine la soirée dans deux bars de Dali. Super soirée. On donne rendez-vous à Steven en France en juin...

écoliersJeunes écoliers - Dali

 


 

Autre décor – Jianshuan et Shaxi – 4 au 6 avril


Aujourd’hui nous quittons Shangri-La et l’esprit du Tibet, et redescendons vers Jianchuan et Shaxi, endroits recommandés par notre guide perso Steven !

Le trajet en bus dure quatre heures et traverse les montagnes, plateaux, villages... Spectacle splendide une fois de plus. Arrivés à Jianshuan, ville assez grande, nous nous baladons dans la vieille ville et le marché avant d’aller à Shaxi. La vieille ville est petite et beaucoup moins touristique que les endroits visités auparavant. Le marché est quant à lui assez grand et très typique comme on les aime ! Pleins de paniers à dos remplis de légumes, de fruits, de poulets, de pattes de cochons... Ambiance parfumée et remplie de sourires.

En fin d’après-midi nous prenons un mini van pour Shaxi. Après moins d’une heure dans les montagnes nous arrivons dans une vallée parsemée de petits villages. Shaxi est l’un d’entre eux. Petites ruelles, petits canaux, pavés, l’endroit est super paisible (photo du jour). La guesthouse est magnifique et tenue par une famille très accueillante. Le monsieur, très bien habillé, nous accueille avec un thé servit d’une manière très spéciale et raffinée. L’endroit paraît désert, mais après s’être posé dans une jolie chambre, on s’installe pour manger et on croise de nombreux touristes occidentaux. La guesthouse recommandée par Steven est donc assez réputée. On mange un délicieux repas dans la cour intérieure de la guesthouse avec des petites bougies... Ils sont adorables.

Le lendemain, nous partons à la découverte de Shaxi. Ruelles presque désertes, une place où trône un ancien théâtre face à un temple musée. Les bâtiments sont d’une architecture magnifique. Le village est posé, dans la vallée, au bord d’un petit fleuve où se succèdent quelques petits ponts de pierres. Quelques rues portent des noms tels que « Allée du Tibet ». En effet, Shaxi se trouvait être un carrefour d’échange commercial à l’époque entre le Yunnan et le Tibet.

Après avoir fait le tour du village nous partons pour une balade dans les montagnes. Steven nous avait gentiment fait un plan vers un lac à quelques heures de Shaxi. Nous ne parvenons pas à suivre le plan mais trouvons tout de même des chemins entre les cultures en terrasses après avoir traversés des villages tout petits. Petites fermes à l’ancienne, ruelles en terre, on a l’impression de revenir quelques années en arrière. Après avoir donc traversés les cultures, nous rejoignons un chemin qui grimpe dur. On y croise des villageois chargés comme des mulets (sacs sur le dos, paniers et fagots sur la tête) au pas de course. Impressionnant. On découvre, au fil de notre ascension, toute la vallée de Shaxi. Les cultures nous offrent un tableau aux couleurs variées, c’est splendide. Arrivée en haut de la montagne, on aperçoit le lac, on n’a donc pas bien suivi le plan. Tant pis, la balade est de toute façon fort agréable. Au sommet de la montagne plusieurs chemins s’offrent à nous. On prend le premier, on arrive à un cul-de-sac où se trouve une tombe. Demi-tour. Le deuxième ainsi que le troisième nous mèneront au même résultat. On finit par trouver un autre chemin qui cette fois nous emmène vers la direction que l’on désirait. Nous descendons au pas de course (comme les villageois !) et à un moment, en se dirigeant vers le lac, on tombe sur une petite cabane perdue au milieu de la montagne (photo du jour). Des caisses en bois sont posées un peu partout autour de cette petite demeure. Nous passons et tentons de trouver un chemin. Un enclos nous empêche de continuer. On se rend compte que les boîtes en bois sont en fait des ruches ! Bon, on ne va pas trainer sous peine de se faire piquer par les bêbêtes ! Un homme nous interpelle. Il nous dit de venir le voir. Qui peut bien être ce vieil homme ? Un vieux monsieur donc, nous invite à entrer dans sa cabane. Il nous offre un thé. On échange difficilement, les gestes ne suffisent pas. Il écrit au sol le chiffre 100. On comprend qu’il est tout simplement centenaire. Il nous explique que ce n’est pas sa maison, juste un endroit où il doit venir se poser, s’occuper encore de ses abeilles et de ses terres autour de la cabane. Il nous fait des pâtes au miel. C’est un goûter inédit au milieu de la montagne en présence d’un vieil homme accueillant l’étranger comme ça, naturellement. Il me fait (Yo) partager une énorme pipe à eau avec du tabac qu’il cultive lui-même. Il nous montre aussi un vieux piège à loup qu’il tente tant bien que mal d’ouvrir sous peine de couper la main ! Il nous indique finalement un chemin afin de rejoindre Shaxi à travers un village (certainement le sien). Une rencontre étonnante et charmante.

Retour à Shaxi. Demain nous partons pour Dali.

ruelleRuelle - Shaxi


cabane

Cabane - Shaxi

 


 

Monastère Songzanlin – Shangri-La – 3 avril


Après un bon déjeuner, un peu huileux comme souvent, dans une cantine, on prend le bus pour le monastère Songzalin, hors de la ville. Arrivée non loin du site, des policiers nous demandent de descendre du bus et de payer l’entrée. On prend ensuite une navette à touristes vers le monastère. Beaucoup de bus se croisent, l’endroit paraît déjà très (trop) touristique ! On se balade autour du lac devant le monastère (photo du jour). L’endroit est magnifique et très calme. On aperçoit le monastère, avec une grue en prime ! Des travaux de rénovation sont en cours et gâche un peu la vue. On fait le tour du lac et avant d’entrer dans l’enceinte du monastère on se balade dans un petit village. Ambiance musicale : des travailleurs (constructions de maisons) chantent et nous saluent avec de grands sourires pendant que d’autres taillent d’énormes troncs d’arbres servant justement à la construction des maisons, typiquement tibétaines. Génial. En continuant vers le monastère, on aperçoit des enfants en contre-bas jouant au basket sur un terrain où flotte un drapeau chinois, pas de drapeaux tibétains visibles...

On entre dans l’enceinte du monastère par une grande porte et nous dégustons la vue près d’un stûpa coiffé de drapeaux de prières avec en fond la chaîne de montagnes aux sommets blancs de neige. Les ruelles sont calmes, nous entrons dans un temple, frais où l’on sent une odeur de beurre de yak, servant à confectionner des bougies. Un énorme Buddha doré siège au centre du temple avec de belles fresques murales sur chaque mur. On continue. Un temple, cette fois plus central, nous plonge dans une toute autre ambiance. Des touristes (chinois) guidés par un jeune un peu trop bruyants font le tour du temple et empêchent presque à un moine de lire ses textes sacrés, assis au pied d’un Buddha géant doré. On sort puis on se dirige vers un autre temple. Les travaux ne nous donnent pas l’accès à tous les édifices et nous font mal aux oreilles. On visite un dernier temple avec toujours cette odeur de beurre où trône aussi un Buddha géant. A la sortie, des bijoux sont exposés sur un stand à la vente ! On croise un moine qui ne nous regarde pas et nous tourne même le dos quand on le croise ! Hasard ou bien réalité d’un moine un peu fatigué de croiser des touristes au cœur de son habitat, endroit de prière et de méditation ? Nous avons du mal à se faire une opinion, mais l’endroit ressemble plus à un musée (trop ?) accessible aux touristes qu’à un monastère. Nous continuons vers la sortie où nous croisons des dizaines de touristes. On quitte finalement le site, d’une beauté magnifique mais qui devient plus une attraction touristique qu’un endroit sacré...

Le bus numéro 3 nous ramène à Shangri-La où nous prenons notre ticket de bus pour le lendemain : direction Jianchuan et Shaxi, vers le sud, entre Shangri-La et Dali.

monastère

Monastère Songzalin - Shangri-La

 


 

Lac Napa – Shangri-La – 2 avril


Aujourd’hui on se loue des vélos pour se faire une balade autour de la ville en direction du lac Napa. Il fait froid, nous partons après le déjeuner. On sort rapidement de la ville et nous ne savons pas trop quelle route nous devons prendre. Après une tentative par une route en construction on fait demi-tour et prenons un petit chemin qui semble contourner la montagne et atterrir aux environs du lac... Après de quelques coups de pédales face au vent, on tombe sur un petit village où l’on nous indique la direction du lac. Ouf, nous sommes bien sur la bonne route. Le décor : montagnes, panneaux de séchage du foin (photo du jour), plateau immense, yaks, chevaux et un stand de tir à l’arc près d’un petit restau pour les quelques touristes passant par là. On marche sur le plateau en direction du lac. On se rend vite compte que nous marchons en fait sur une partie du lac mais à cette période pas la moindre trace d’eau mise à part un petit court d’eau. Une plateforme un peu plus loin nous permet de voir le lac, mais il est encore un peu loin pour y parvenir. On décide de retrouver nos vélos et revenir vers Shangri-La. L’endroit est vaste et loin du tumulte urbain.

Sur le retour on s’arrête dans un autre marché, plus petit que celui que l’on avait vu la veille. Arrivés à la guesthouse, nous découvrons un mot de Steven qui nous attend à sa guesthouse pour un petit apéro avant notre dernier barbecue ensemble. Il part demain vers Lijiang. Une dernière bonne soirée ensemble et on se donne déjà rendez-vous à Dali sur le chemin du retour vers Kunming. Demain nous irons au monastère tibétain, le plus important de la région.

panneaux

Panneaux de séchage - Village lac Napa

 


 

Ambiance tibétaine – Shangri-La – 1er avril


Réveil de bonne heure. Aujourd’hui on se balade avec Steven. Première étape : temple Ringha, posé sur une colline proche de la vieille ville. La balade matinale nous emmène vers un endroit magnifique. Une petite montée bordée de drapeaux de prières. Des pèlerins viennent donner des offrandes et brûler du sapin dans les brûloirs prévus à cet effet. Tout autour du temple Ringha les drapeaux de prières se comptent par millier  (photo du jour) donnant une ambiance toute particulière. A l’intérieur du temple un moine lit des textes sacrés et ponctue ses lectures de bâillements ! Très drôle. On fait le tour (toujours dans le sens des aiguilles d’une montre) du temple et on redescend vers la vieille ville.

Nous traversons la vieille ville en empruntant des ruelles tranquilles restées très authentiques, afin de rejoindre le marché situé dans la ville. Le marché très local est super grand. Légumes, fruits, épices, viandes, poissons, ustensiles divers, etc. Chaque escapade dans un marché est un délice visuel et sensoriel. Après quelques achats (thé, gingembre, jambon cru, qui ira très bien avec le fromage de yak que l’on a acheté un peu plus tôt dans la vieille ville, etc.) nous mangeons dans une cantine bien typique et animée au cœur du marché. L’après-midi nous nous rendons aux stûpas que l’on apercevait depuis le marché, à quelques minutes de marche. Vue sur la ville et les montagnes alentours. On continue sur le flanc de la montagne à travers une forêt de pins avec des tombes ici et là. Un peu plus loin sur une petite colline on aperçoit des drapeaux de prières. On s’y dirige et on tombe sur un endroit tout paisible, drapeaux et brûloir. On y fait brûler quelques épines et un bâton d’encens. Endroit calme parfait pour une petite pause au soleil. Retour sur Shangri-la.

Le soir en rejoignant Steven on est invité par un homme tenant un petit magasin afin de partager un moment. On discute un peu et gesticulons beaucoup. Il vient de Dali et vit à Shangri-La depuis cinq ans. Il nous offre de l’eau et un peu d’alcool (fort) fait ici. Bon petit moment de partage avant une soirée barbecue et jeu de dés !

drapeaux

Drapeaux de prières - Shangri-La

 



Un bout du Tibet - Shangri-la – 31 mars


Départ de bonne heure, il fait frais mais le soleil a enfin repris sa place. La route est à nouveau splendide. En altitude la neige blanchit le sol et quelques arbres. Nous croisons des écoliers se rendant à l’école en pleine campagne. Nous sommes loin de la modernité des grandes villes chinoises. Nous arrivons enfin à Shangri-La après 4h de route. Le chauffeur nous dépose à la vieille ville.

Shangri-La est située dans une vallée à 3200m d’altitude entourée de montagnes aux sommets enneigés. Shangri-La faisait anciennement partie du Tibet et regroupe près de 50% de tibétains sur la population totale de la ville. Tout comme Dali et Lijiang, il y a l’ancienne ville (la vieille ville) et la nouvelle ville. Cette dernière gagne du terrain sur la vallée et enlève le charme que devait être la ville auparavant. Il fait froid, très froid.

Nous trouvons une guesthouse dans la vieille ville, très sympa, avec une décoration et un agencement très original. En sortant pour déjeuner, nous croisons au bout de la ruelle, Steven, que l’on devait retrouver ici. Excellent, on part déjeuner ensemble. L’après-midi on se balade dans la vieille ville ; ruelles, jolies bâtisses, temples et stupas bouddhistes, moulin à prière doré géant (peut-être le plus gros au monde, rien que ça). Dans le temple, posé sur une butte au milieu de la vieille ville, un moine nous invite à entrer. Nous brûlons quelques bâtons d’encens et nous nous retrouvons, dans le temple, face à une très grande statue de Buddha. Le moine me parle et nous échangeons quelques mots : Tibet, Lhassa, Buddha, Inde, Dalaï Lama. Il me montre une photo du Dalaï Lama, comme un petit trésor caché... Un très joli moment, au calme dans ce beau temple Da Gui Shang.

La ville est moins touristique que Lijiang, mais l’on trouve tout de même de nombreux magasins, restaurants, guesthouses et bars. Le soir nous mangeons avec notre ami Steven un barbecue. Comme d’hab très bon. On termine la soirée à la guesthouse mais Steven doit lui retourner à sa guesthouse car les portes fermes à 23h. Nous discutons avec des routards, dont un écossais que l’on avait vu dans les gorges. Il voyage depuis 2 ans et demi en Asie !!! On échange nos histoires et c’est la première fois que l’on croise un routard très longue durée. La température annoncée pour la nuit : -2°c ! Heureusement que les lits sont équipés de sur-matelas chauffants.

Le lendemain nous nous baladons, nous flânons dans les ruelles pavées de la vieille ville. Nous mangeons des momos (photo du jour). La ville est plus calme que Lijiang, en même temps ce n’est pas très difficile, et l’on y ressent une ambiance tibétaine : drapeaux de prières, stupas, maisons et fenêtres tibétaines et les habitants (faciès, vêtements...). Le voilà notre voyage au Tibet. Chaque soir, sur la place principale, des gens dansent en ronde sur de la musique traditionnelle pendant que le soleil part doucement se coucher. Le soir nous rejoignons Steven pour un barbecue. Encore une super soirée comme à chaque fois avec notre ami toulousain. Nous décidons pour le lendemain, de faire une balade dans un temple en hauteur de la ville. repas

C'est bon les momos ! - Shangri-La

 


 

Sacrées piscines de calcaire – Baishuitai – 29 mars

 

Cette fois c’est la bonne, le chauffeur a repris son volant et passe juste devant la guesthouse. On part donc vers Baishuitai. Sandwich en main on quitte les gorges du Saut du Tigre, endroit magnifique, certainement le plus beau souvenir du Yunnan jusqu’à présent.

La route pour Baishuitai est splendide comme d’hab ! Montagnes, ravins, cultures en terrasses... On arrive après 3h de route, dans un hôtel (peut être le seul du village) très froid (dans les deux sens du terme). Le temps est couvert, il fait assez froid, l’ambiance y est donc toute particulière. On se rend au site de piscines (ou bassins) de calcaire sacrées. La montagne est vêtue d’une dense forêt et les nuages côtoient la cime de certains arbres. Il ne manque plus que des chevaliers sans têtes...

Le site est magnifique. Plusieurs bassins en terrasses (photo du jour) posés sur le flanc de la montagne surplombant le petit village. Une source d'eau, non calcaire, mais sacrée elle aussi, se cache au pied d'un arbre majestueux habillé de drapeaux de prières. Juste à côté, un ruisseau d'une eau transparente dans un lit blanchit par le calcaire. On ne pensait pas voir un site aussi grand et autant de bassins. Le temps se couvre de plus en plus, la brume gagne du terrain et plonge la forêt dans une épaisse fumée blanche ! On redescent vers le village où nous attend une villageoise que l'on avait croisé avant de monter, qui nous proposait de manger dans son petit restaurant Naxi au coeur du village...

 

Nous retrouvons donc la villageoise en bas des marches nous ramenant au village, que l'on suit afin de manger dans son petit restaurant. L’endroit est très sommaire, quelques légumes et des petites tables posées dans une pièce voisine de la ferme familiale. Nous commandons notre repas en montrant les légumes que l’on veut en accompagnement du riz. Elle nous prépare donc le repas et nous amène une à une les assiettes des différents légumes. On pensait qu’elle aurait mixé le tout mais non, et c’est souvent ainsi en Chine. Le repas est très bon et l’addition très salé !!! Tant pis on aurait dû demander les prix avant... Elle nous offre un petit digestif, de l’alcool de maïs fait maison. Pas mal mais c’est un peu fort quand même ! Entre temps sa fille était venue nous parler et nous proposer, pour le lendemain, un chauffeur de mini van pour se rendre à Shangri-La. On négocie le prix et on se met d’accord pour l’heure de départ. Le jeune chauffeur très sympa nous dépose à l’hôtel et nous donne rendez-vous le lendemain matin de bonne heure.

 

piscines calcaire

Bassins de calcaire sacrés - Baishuitai

 


 

Un peu plus de tigre – Gorges du Saut du Tigre – 28 et 29 mars


Réveil au soleil face aux montagnes, toujours aussi agréable. Nos sacs à dos sont comme prévus arrivés à la guesthouse. Super, on va pouvoir continuer notre route vers le site de piscines de calcaire sacrées, Baishuitai. La fille nous dit que finalement le chauffeur du seul bus passant par là et se rendant à Bashuitai est en vacances, résultat pas de bus aujourd’hui. Taxi trop cher et bus vers d’autres villages pas sûrs, etc. Bon nous restons ici jusqu’à demain alors... On en profitera pour se faire une petite balade de « décrassage » et faire une machine.

On va se balader l’après-midi afin de trouver une connexion Internet... On est donc toujours dans les gorges avec de magnifiques vues face aux ravins, Yo même pas peur ! (photo du jour)

Pas moyen de trouver Internet, on s’est même fait refouler par une fille dans une autre guesthouse ! Peut-être parce que l’on venait juste pour ça et pas pour dormir ? Peu importe on continue quand même notre balade de remise en forme après ces 3 jours de marche. On terminera la journée tranquille à Tina’s guesthouse, cartes et dés face aux montagnes en sirotant du thé ! Demain on quitte les gorges pour Baishuitai.

yo ravin

Yo au bord du gouffre - Gorges

 


 

Ca redescend - Gorges du Saut du Tigre - 27 mars

 

Dernier jour de marche. Point de chute : retour vers Jane's Tibetan guesthouse afin de récupérer nos sacs à dos  laissés au début du parcours.

Nous démarrons un peu plus tôt que la veille. La balade se ponctue de ravins, de forêts, de cascades en bord de falaise (photo du jour). Nous croisons une bergère et ses chèvres, les belges rencontrés la veille au soir, au pied d'un petit temple accroché à la montagne (malheureusement fermé), des bergers assis guêtant leurs troupeaux, des chevaux porteurs de foin. Nous faisons halte à Half-way guesthouse, pour un pipi face aux montagnes ! La fin du parcours nous fait descendre vers Tina's guesthouse, au niveau de la route ramenant vers le point de départ. Pause déjeuner au soleil avant de faire la dernière boucle des gorges, en bas jusqu'au fleuve. La descente est raide et assez rapide. En bas, plusieurs touristes profitent des rochers au milieu des rapides du Yangzi. Petite pause banane photo avant de remonter vers un pic de 400m ! Sur cette partie se trouvent des échelles... Nous montons et arrivons au pied de la première échelle !!! Echelle d'une vingtaine de mètres perpendiculaire au sol ! Vue d’en bas l’échelle est assez impressionnante ! On se lance dans l’ascension tels des candidats de Fort Boyard... Le vide est proche, l’échelle est faite de métal assez vieillot et de planches sur lesquelles on ose à peine y mettre tout notre poids. Certains endroits sont rafistolés à la main et n’inspirent guère confiance... On y parvient malgré tout et une fois en haut de l’échelle elle paraît d’autant plus impressionnante et très verticale !!! On l’a fait. La suite de l’ascension nous procure de bonnes sensations. On empreinte une deuxième échelle, cette fois beaucoup plus petite et moins vertigineuse ! Arrivée en haut du roc, bien fatigué, on goûte à la joie d’une belle réussite et nous profitons une dernière fois de la vue des gorges. Ce soir nous retournons au point de départ.

On revient vers Tina’s guesthouse d’où partent les bus pour Jane’s guesthouse (point de départ). On se renseigne sur les heures de passages, mais malheureusement le dernier est déjà passé...

Seule solution une voiture ou bien rester dormir ici et partir le lendemain matin. Le prix de la voiture nous freine de suite, du coup on choisit de rester dormir ici et retrouver nos sacs demain. Une fille de la guesthouse nous propose gentiment une autre solution pour les sacs : son responsable se rend demain à Qiaotou et passera devant Jane's Tibetan guesthouse (donc où se trouve nos sacs), il pourra donc nous les rapporter ici, ce qui nous évitera un trajet. Super cool, merci ! On se pose donc et attendrons demain pour les sacs à dos et le bus pour une autre destination : Baishuitai. 

cascadeElise près de la cascade - Gorges

 


 

Ca monte - Gorges du Saut du Tigre - 26 mars

 

Réveil tranquille, nous avons le temps de marcher à notre rythme. Nous avons croisé des randonneurs qui faisaient la marche en un jour. Techniquement possible (entre 7 et 8h au total) mais c'est, à notre avis, trop rapide pour pouvoir profiter du paysage et de s'imprégner de l'endroit immensément beau et reposant.

Bref, après un petit déjeuner au soleil face à la montagne dénudée de nuages nous partons pour la partie difficile du parcours : les 28 virages ou lacets ou marches, à chacun sa définition. Nous partons donc sous un beau soleil et nous progressons dans l'ascension qui nous amènera à un point de vue apperement impressionnant.

En effet, après 2h de marche et les fameux lacets (assez raides c'est vrai) nous arrivons au point le plus haut du parcours (2600m). Deux femmes sont là, proposant quelques fruits, boissons (même de la bière !) et de la marijuana !!! Quel est le randonneur qui boit et fume en pleine marche ! Bref, pour profiter du point de vue on paie quelques yuans...  Et là c'est le drame ! Je m'approche tandis qu'Elise nous épluche les pommes, et je découvre un panorama impressionnant des gorges et du fleuve Yangzi en contre-bas ! Vertige assuré. Je combats ma peur et m'approche au plus près du vide (photo du jour). Vide qui est de plus en plus attirant vue d'en haut. Après une session vidéo je retourne vers le sentier, plus rassurant. Quand même, j'ai battu ma peur et cette rando n'est pas encore finie...

On continue le parcours, forêts, ravins et l'on redescent un peu en altitude avant d'arriver à Tea Horse guesthouse. Pour la petite histoire à propos du nom "Tea Horse" : à l'époque la région était un point de troc entre les villageois venant du Tibet et ceux venant du Yunnan. Les premiers proposaient des chevaux (horse) et les autres du thé (tea).

Nous nous posons dans une guesthouse un peu plus habitée par les randonneurs. Nous discutons avec un australien, des belges avec qui on jouera à la belote !!! Ils ont appris à jouer durant leur tour du monde avec un couple français ! Comme quoi la belote est un jeu international... L'endroit est très sympa mais moins chaleureux que la guesthouse de la veille. De notre chambre nous découvrons toujours la montagne, mais pas du même point de vue. Le matin elle nous faisait face et ici nous la découvrons depuis son flanc nord. Les douches et les toilettes très rudimentaires nous offrent un panorama inoubliable ! Après un dîner au coin d'un feu fait à l'occasion pour nous réchauffer, nous pensons déjà à la dernière journée de marche qui nous emmenera à la fin du parcours.

point de vueYo au point de vue à 2700m - Gorges

 


 

Un tigre peut sauter très haut – Gorges du Saut du Tigre – 25 mars


Départ de Lijiang en mini van de bonne heure. En route pour les fameuses Gorges du Saut de Tigre. Arrivée à Qiaotou 3h plus tard. Nous nous posons dans la première (et seule de la ville) guesthouse : Jane's Tibetan guesthouse. Le temps n’est pas très convainquant pour se lancer dans la balade, peut être devrions-nous rester là aujourd’hui et ne partir qu’au petit matin… Finalement on décide de commencer la rando quand le soleil a commencé à percer quelques nuages. Nous laissons nos sacs à dos à la guesthouse et ne prenons que l'essentiel.

Pour la petite histoire du tigre : il aurait sauter (à l'endroit le plus étroit des gorges, pas bête quand même !) de l'autre côté des gorges pour échapper à un chasseur.

Le début de la montée se fait assez facilement. On traverse des cultures en terrasses et l'on aperçoit de plus en plus la montagne du Dragon de Jade (que l'on apercevait au loin depuis Lijiang). Spectacle plein les yeux. Nous entrons dans les gorges de plus en plus et au bout de deux heures de marche nous arrivons à la première guesthouse : Naxi Family. Posée dans un petit village en pleine montagne, la guesthouse nous offre un point de vue sur la montagne immanquable ! Accueil familiale charmant et chambre très confortable, avec une salle de bain de plus de 10m2 ! Ambiance vestiaires de foot ! Demain, deuxième jour de marche dans les gorges, direction Tea Horse guesthouse, à environ 4h de marche.

view pointPremier point de vue - Gorges

 


 

Quel décor ! – Lijiang - 22 au 25 mars


Un réveil tardif nous a fait prendre le bus un peu tard dans l’après-midi depuis Dali. Nous arrivons à Lijiang, après 5h de route magnifique dans les montagnes, il fait déjà bien nuit. La vieille ville est très très touristique (une fois encore, ce sont les chinois les plus nombreux). Nous trouvons notre guesthouse tenue par Mama, une femme Naxi très autoritaire mais aussi très agréable, un personnage à rencontrer si l’on veut se faire une brève idée du fonctionnement du peuple Naxi, réputé très matriarcale.

Nous passerons deux jours plein dans la vieille ville. Décor superbe : ruelles pavées, petits canaux (photo du jour), maisons, temples mais aussi d’innombrables magasins, de restaurants, bars branchés, etc, site touristique oblige. Lijiang est classée au patrimoine mondial de l’humanité et se situe à 2400m d’altitude. Depuis le lac non loin de la vieille ville, on aperçoit une montagne enneigée, le Dragon de jade, culminant à près de 5600m. Splendide ! Nous visitons le musée Dongba, sur la culture Naxi, ethnie très représentée dans cet endroit du Yunnan. Malheureusement commentaires en anglais succincts.

Lijiang, malgré la foule, est de toute beauté et est un vrai labyrinthe... On s’y est perdu plusieurs fois en tentant de rejoindre la guesthouse ! On s’est fait pas mal de cantines le midi et des barbecues le soir… Fans de brochettes (

Le deuxième jour nous nous sommes baladés hors des ruelles principales, toujours dans la vieille ville, où nous avons découvert de beaux petits endroits. Une source d’eau douce sortant dans un bac (sorte de puits) qui se déverse dans deux bassins. Le premier bassin, la source, est l’eau potable, le second sert à nettoyer les fruits et légumes, quant au dernier il fait office de lavoir pour les vêtements. Un peu plus bas dans la ville, un temple bouddhiste avec des ribambelles de drapeaux de prières. Site très calme un peu en hauteur qui nous permet d’apprécier la vieille ville de haut. Dans l’enceinte du temple, un jeune moine nous montre des pierres (précieuses ?) et nous fait signe d’en prendre sous le manteau !!! Ah bravo, monsieur le moine ! On rigole et on continue, brève discussion, car c'est toujours aussi difficile de communiquer quand il n’y a aucune langue commune.

En redescendant vers le sud de la ville nous sommes tombés sur le marché (photo du jour). Nous le cherchions sans le trouver puis sans le chercher nous l’avons enfin trouvé ! Ambiance locale, typique comme on les aime, avec en toile de fond la montagne du Dragon de Jade... Tout simplement magnifique.

Nous rentrons vers Mama guesthouse, demain direction Qiaotou et les Gorges du saut du Tigre.

pont Pont - Lijiang


marché

Marché - Lijiang

 


 

Rando dans la montagne Cangshan - Dali - 21 mars

 

Aujourd'hui nous partons avec Steven, le toulousain, en rando dans la montagne qui borde Dali. Départ de bonne heure, mais pas trop, direction la montagne et son temple. Steven, notre guide, a rencontré la veille un français vivant à Dali qui lui a donné un petit plan pour trouver le chemin de rando. Il est également possible de monter au temple en empruntant un télésiège. La montée à travers la forêt est superbe et très vite nous avons une vue plongeante sur Dali (photo du jour) même si le temps est un peu couvert. D'ailleurs, il paraît que les chinois provoquent la formation de nuages au-dessus des montagnes (forêts) afin d'éviter les incendies ! Très forts ces chinois. Du coup la plupart du temps les sommets enneigés ne sont principalement que le matin.

Au cours de notre ascension, nous croisons peu de marcheurs, quelques locaux et des touristes chinois. Des tombes ici et là posées en pleine montagne où reposent paisiblement les âmes des défunts. Un peu plus haut, des sanctuaires avec des statues divines et enfin le temple Zonghe Si. Une porte avec le Yin et le Yang  (taoisme) côtoie des statues bouddhistes. Nous faisons un tour dans l'enceinte calme du temple et achetons le déjeuner pour un pique-nique, dans une cantine avant de reprendre notre chemin. Le ciel était trop menaçant pour que l'on puisse continuer la marche dans la montagne (13km), alors nous décidons de redescendre vers Dali tranquillement par le même chemin qu'à l'aller. Nous mangeons au milieu de la forêt nouilles, riz , légumes dont des champignons venus tout droit des montagnes. La descente se fait assez vite et nous retrouvons donc rapidement la vieille ville après cette bonne marche montagnarde.

Le soir nous passons la soirée avec Steven : bières et barbecue… On passe une excellente soirée, la dernière à Dali puisque demain nous partons pour Lijiang. 

vue-dali.gif

Vue sur la ville - Temple Zhong Si

 


 

Aux alentours de Dali - 19 et 20 mars

 

Après avoir goûté l'atmosphère de la vieille Dali, nous sommes allés voir deux villages non loin de Dali.

Le premier, Zhoucheng, au nord du lac Erhai, à une vingtaine de km de Dali. Petit village en bordure de montagne, ruelles tranquilles (photo du jour), qui nous plongent dans une ambiance très campagnarde. Le village, sa petite place du marché, son petit temple et ses gens tranquilles, discutant, jouant, marchant dans les petites rues, comme ce petit vieux que nous avons accompagné quelques mètres. Il est toujours très difficile de communiquer, mais les gestes sont parfois suffisants et très drôles ! Un petit moment calme et tranquille avant de retourner sur Dali où nous dormons.

chaise

Même les chaises sont tranquilles - Zoucheng

 

Le lendemain nous sommes allés à Cai Cun, un village au bord du lac Erhai, d'où partent quelques bateaux vers les sites touristiques de l'autre côté du lac.

Nous avons marché entre Dali et le lac, au milieu de cultures où des villageois travaillaient sous un vent fort (photo du jour). Le village est petit mais autour de son embarcadère, les touristes (asiatiques surtout) affluent par bus... L'endroit n'est pas dénaturé pour autant et reste paisible au bord du lac et ses montagnes (photo du jour). Balade et farniente au bord du lac à manger des noix de pécan, des chataîgnes...

Au retour à l'hôtel nous avons recontré un français dont je ne donnerais pas le nom afin qu'il garde son anonymat mais juste un nom de code : Steven from to lose ! Nous passerons la journée suivante avec lui...

Petite anecdote au restaurant le soir : afin de commander, le gérant me montre l'ordinateur ! Pourquoi pas mais un menu serait plus simple non ?! Oui, mais en chinois non !!! Il s'était connecté à Google traducteur afin que j'écrive en anglais ce que l'on désirait manger et le traduire en chinois... Pas bête du tout et ça a marché, on a mangé un délicieux riz au légumes.

culturesCultures près de Dali - Cai Cun


lac Erhai

Lac Erhai - Cai Cun



 

Une jolie vieille ville - Dali - 17 et 18 mars

 

On quitte Kunming après y avoir passé près d'une semaine. Bien reposé et remis de nos émotions (Tibet et netbook) nous voilà arrivés à Dali. La ville est d'un côté "nouvelle" donc très grande et sans charme apparent comparé à l'autre côté, la vieille ville. Ruelles pavées, petit canaux bordant les trottoirs, belles constructions, remparts et ses portes impressionnantes aux quatre points cardinaux et vue sur la montagne Cangshan. Bref un joli décor (photo du jour) qui dans certains endroits nous plonge un peu hors du temps, du temps des samouraïs et des dragons !

Premier jour cool, on se pose dans un hôtel très original avec des propriétaires charmants, rieurs et joueurs de cartes à toutes heures ! Accueil génial.

Les deux premiers jours nous sommes restés dans la vieille ville, qui est finalement dans certains endroits assez touristiques. Contrairement au Laos ou au Cambodge, ce sont majoritairement des touristes asiatiques même si on croise quelques occidentaux routards et aussi des baba-cool et autres rastamen.

Nous avons découvert à Dali des petits pains salés et retrouvés les petits pains au riz tant convoités par Elise ! Nous avons gouté aux momos dans plusieurs petites gargottes, exquis ! La vieille ville reste paisible dès que l'on s'écarte des deux rues principales où se juxstent restaus, bars, guesthouses, barbecues...

rue

Renmin Lu - Dali



 

Le Tibet s'éloigne - Kunming - 15 au 17 mars

 

Après le froid, la chaleur (en journée) et la pluie (en soirée) nous avons eu le droit à de la neige !!! Apparement du jamais vu à cette période et même en général à Kunming ! On n'a plus de saisons !!!

Toujours à Kunming, toujours des petits pains au lit, Internet, cantines et réflexion concernant le Tibet : on y va, on n'y va pas ? Après avoir remué tout ça nous décidons de ne pas aller au Tibet cette fois ! Peut-être lors d'un futur voyage organisé peut-être depuis le France avec des agences franco-tibétaines ? Pour le moment nous nous décidons à faire une boucle dans le Yunnan et de prendre l'avion de Kunming vers Kathmandu. Pas de liaisons terrestres possibles (Tibet ou Myanmar) entre la Chine et le Népal. Changement de plan, du coup , après réflexion, on s'est dit que l'on pourrait récupérer un netbook (sur place = chinois donc non) que l'on nous enverrait par la poste ici à Kunming. Super Soso (soeur de Yo) a géré ça à distance et le colis est parti de France, en espérant qu'il arrivera bien à destination !

Pendant ce temps nous organisons la suite du périple et on se dit que l'on va passer plus de temps au Yunnan, en prenant notre temps et qu'il y aura des endroits proche du Tibet qui seront (selon des contacts ici) presque aussi authentique (voire même plus) et tibétains que Lhassa... On verra ça plus tard.

On profite toujours de nos chers lits, Elise va à la piscine, Yo au sauna... On assiste un soir à un spectacle dans un grand restau style cabaret (photo du jour) très sympa, sauf qu'il faisait un peu froid !

Prochaine destination : Dali et sa vieille ville.

spectacle

Spectacle - Kunming

 


 

Petite catastrophe - Kunming - 10 au 14 mars

 

Bus de nuit (le premier du voyage et certainement le dernier) entre Jinghong et Kunming. Nuit plutôt bonne et assez fraîche ! Arrivée de bonne heure à Kunming, il fait froid ; la ville est à 1890m d'altitude. Arrivée à l'hôtel (que nous avions réservé de France - pour les demandes de visa c'est obligatoire) et là c'est le drame : plus d'ordinateur portable dans le sac à dos, qui a passé la nuit à nos pieds !!!

Détresse, dégoût, ça commence pas top ! Il va falloir déclarer à la police le vol... On y est allé mais nous n'avions pas tous les documents, on reviendra demain... Laissons passer une nuit pour retrouver nos esprits...

Le lendemain donc nous nous occupons de cette déclaration de vol. Au poste de police tout se passe bien, ils sont très agréables. Nous obtenons un joli papier qui servira à la déclaration d'assurance en France.

Le reste de la journée nous nous sommes baladés dans la ville, grande, moderne... Nous n'avons finalement pas fait grand chose à Kunming, repos, prise de renseignements pour le Tibet (qui est fermé pour tout le mois de mars !!!), Internet pour gérer le netbook et l'assurance... On a même fait des petits déj au lit avec des petits pain de riz chinois qu'Elise allait chercher à vélo (photo du jour)... Le temps est donc au repos afin d'oublier ce mauvais épisode ! Le principal c'est que nos papiers n'aient pas été volé avec le sac à dos et les autres matériels (appareils photos, dictaphone...). De plus, deux jours auparavant j'avais sauvegardé les photos sur le disque dur externe mais malheureusement pas les sons pris avec le dictaphone !!! Pour se consoler Elise s'est acheté un petit récipient orange pour le thé (ils utilisent tous ça en Chine), que l'on aperçoit sur la photo du jour.

pti dej

  Pti déj au lit - Kunming



 

Réserve Sancha He - Jinghong - 9 mars

 

Dernier jour à Jinghong, ce soir direction Kunming city !

Au programme du jour : la réserve Sancha He. On prend un bus qui nous dépose sur le bas côté de l'autoroute ! Ok ! On marche un peu et finalement on trouve des touristes (chinois) et des magasins de souvenirs (Yo achète un lance-pierre). La réserve est un vrai parc d'attraction : spectacle d'éléphants, balade à dos d'éléphants, spectacles d'oiseaux (perroquet basketteur...), musiques et danses traditionnelles, restaurants, où il est toujours difficile de se faire comprendre (photo du jour) et même une guesthouse ! Il y a cependant une belle balade à faire à travers la jungle sur des plateformes à hauteur d'arbres. On y voit quelques éléphants en semi-liberté se gratter aux arbres, une forêt à perte de vue sur de jolies montagnes. On a pris un télé-cabine sur le chemin du retour, c'était plutôt cool.

Fin de journée nous sommes revenus sur Jinghong pour apprécier un délicieux dîner dans une petite cantine perdue au fond d'un petit quartier populaire. Le soir nous prenons le bus de nuit en direction de Kunming...

yo

 Yo, ses mains et le guide du routard - Réserve de Sancha He



 

Décor surprenant ! - Jinghong - 7 et 8 mars

 

Après une étape éclair à Mengla pour la nuit, nous voilà arrivés à Jinghong. Ville traversée par le Lancang (Mékong) peuplée d'environ 100 000 habitants et chef-lieu de la préfecture autonome dai de Xishuangbanna.

Premières impressions : grand, moderne, propre, pas mal de monde, très peu de touristes occidentaux, magasins, marché, grands bâtiments, voitures modernes, scooters/vélo/trottinettes électriques, dentistes et petits hôpitaux avec pignons sur rue, grands parcs, quelques temples,  très peu d'anglophones... et du thé en abondance (photo du jour) !

En marchant dans les rues, on s'aperçoit bien que la ville est un mix de populations (ethnies) différentes (habits, coiffes...).

Changement de décor par rapport au Cambodge et au Laos ; aucune comparaison n'est à faire bien évidemment. On ne s'attendait pas autant à ça dans le Yunnan. Certes nous n'avons pas encore vu  grand chose, mais c'est un peu troublant de sortir d'un pays et de rentrer dans un autre si différent d'apparence.

On s'est baladé dans la ville à pied sous un soleil généreux ! On en prend plein les yeux et l'estomac... La plupart du temps dans les restau les menus ne sont qu'en chinois !  Lorsqu'on ne sait pas quoi choisir, ils nous tendent leur menu... en chinois ! Pas simple de communiquer et de faire son choix. Les quelques mots du guide et les éventuelles photos dans certains restau nous permettent de nous en sortir. C'est assez perturbant et à la fois très dépaysant de se retrouver à mimer la moindre chose.

La ville de nuit est toute aussi impressionnante, lumières, circulation, enseignes de magasins, illuminations des bâtiments... On est même tombé sur un vrai défilé de mode dans la rue !

Entrée à la fois suprenante et intéressante dans ce géant qu'est la Chine... Et ce n'est que le début ! Prochaine étape : Jinshui et la préparation pour le Tibet. 

the-pu-er.JPG

Thé Pu'Er du Yunnan - Jinghong

 


 

Quelle arrivée !!! - Mangla - 6 mars

 

Welcome to China... Oui nous y sommes. Mais voici la belle histoire de notre passage entre le Laos et l'empire du milieu, la Chine.

Tout commence au Laos. Réveil le dimanche 6 mars au petit matin pour se rapprocher de la frontière Chinoise. On avait prévu de s'arrêter à Boten, dernière ville Laotienne, avant la frontière. Nos visas du Laos expirent le 7 mars, nous avons donc une journée de battement au cas où...

Sauf que... En me réveillant le matin à Nong Khiaw, il m'est revenu un souvenir concernant le visa Chinois. Nous l'avons fait en France avant de partir, car il n'est apparemment pas possible de se le procurer sur place. Simplicité et efficacité sont parfois nécessaires. Donc, je me lève et là je me dis : "Mais pour la Chine, il y a une date butoire pour entrer, non ?". En effet, il faut entrer dans le pays dans les 3 mois suivant la date de délivrance, à Paris, du visa ; ensuite le visa prend effet pour 3 mois dans le pays. J'espère que vous suivez toujours...

Et là je prends mon passeport, j'ouvre la page du visa Chinois et je regarde la fameuse date d'entrée... BEFORE 6 MARCH !!! C'est à dire aujourd'hui, dimanche !! Nooooooooonnnnnnnnnn....... (comme une chute libre dans les gorges les plus hautes du monde !!!).

Au passage, nous n'avions prévu que 3 semaines au Laos et nous y sommes restés 4 semaines, sans se soucier de cette date (l'obtention du visa est déjà lointaine dans nos deux têtes en l'air !).

Bon alors pas de panique, de toute façon (même si je commence à voir le pire dans ma tête) on va monter quand même en espérant être dans les temps. Accrochez-vous ça ne fait que commencer !

Nous sommes à Nong Khiaw, nous devons aller à Boten (via Oudom Xia) avant 16h30, heure de fermeture de la frontière. On nous dit, à la bus station de Nong Khiaw, que le premier bus pour Oudom Xai ne part qu'à 11h et met environ 4h. Sauf que, à Oudom Xai, le dernier bus pour Boten part à midi !!! C'est la cata !!! Non, il y a une solution c'est pas possible autrement ! Elise sort son esprit conquérant. Un bus tuk-tuk est à la bus station, on discute avec un jeune qui nous dit que ce bus va à Luang Prabang, ok super, mais qu'il passe par Pakmong (1h d'ici, sur la route d'Oudom Xai) et qu'à Pakmong il y a des bus pour Oudom Xai assez régulièrement. Ok ok, on part avec vous. En route donc pour Pakmong. Le bus  tuk-tuk nous arrête après 1h de trajet. Pile poil un mini van nous croise : "Oudom Xai Oudom Xai" nous crie son chauffeur... On court avec nos sacs et zou en route pour Oudom Xai... Il est 10h. Je demande au chauffeur combien de temps prendra le voyage : 2 (me fait-il avec sa main) = 2h de temps ou arrivée à 2h (14h) ? On verra... La route est pourrie, comme par hasard ! Bitume parsemé de parties non goudronnées pleines de cailloux ne nous font guère monter la vitesse moyenne... Je scrute ma montre sans arrêt... 11h, 11h30, 12h, toujours pas d'Oudom Xai en vue ! Nous arrivons finalement à 1

3h après avoir été bien secoué dans un mini van bondé ! Mais peut importe comment se passe le trajet, le tout étant  d'arriver à l'heure ! On saute du mini van pour demander le bus pour Boten... Réponse catégorique et point chaleureuse : "No bus, finish. Tomorrow". Re nooooonnnn (dans les gorges). Et il n'y a pas des mini vans, d'autres bus, tient celui-ci qui va là-bas il passe à quelques km de Boten, pas possible ? "Yes". Et à quelle heure part le bus ? "Three o'clock". Trop juste pour arriver à la frontière ! Car d'ici (Oudom Xai) à Boten il y a 3h de route...  Nooonnnn... Le temps passe, 13h15 je me vois déjà rester ici et tenter l'entrée en Chine avec un jour de retard ! Elise fonce vers une guesthouse et demande si un des hommes assis ici et là conduit un van pour Boten... Oui, un chauffeur semblait nous attendre comme dans les films !!! On lui explique que nous devons absolument être à Boten dans 3h gros max... D'après un de ses copains c'est jouable, à condition de partir maintenant, tout de suite... "Ok ok, let's go"... Même pas on négocie le prix (qui reste très raisonable malgré tout) et on saute dans un mini van de luxe, rien que pour nous deux... Cool.

On quitte Oudom Xai, il est 13h25... La route est en travaux, on ne roule pas vite, mes calculs me font dire qu'il nous faut au minimum rouler à une moyenne de 40 km/h si on veut arriver à la frontière avant le fermeture (16h30). On croise les doigts, les cheveux, les poils, les tongues... tout ce qui se croise sera croisé dans ce mini van !!! Sur la route, qui est rapidement devenue très belle (la vitesse monte, c'est bon signe), on est arrêté juste avant un pont ! Qu'est-ce qu'il se passe ? Ils refont la route endommagée !!! Ah bah c'est le ponpon, bravo c'est maintenant qu'il nous fallait ça, juste au moment où l'on augmentait notre vitesse moyenne !!! Punaise de flûte de re-zut ! Ca repart finalement après quelques mn ! Ouf... On continue, il est 14h30... La route est belle, pourvu que ça dure. Plus tard, je vois une borne "Boten 16km"... Youhouu, il est 15h30, on va arriver avant que la Chine ne ferme ses portes. Mais rentrerons-nous car, je le rappelle, on est le 6 mars et on était supposé entrer AVANT le 6 mars... On y croit quand même et au pire on se dit qu'un petit billet de 50$ fera peut être l'affaire (quoique avec la Chine ça ne doit pas rigoler).

On arrive finalement au poste frontière Laotien. MERCI chauffeur, champion du Laos 2011, toutes catégories confondues (prudence, vigilence, pilotage, rapidité, gentillesse, confort, tout, tout, tout).

On se présente au poste laotien, il est 15h50. Pas de problème pour eux, le visa n'expire qu'après demain. Ils ne regardent même pas si on a ou non un visa chinois... "Ok, Kop Chaï Laï Laï" (merci bcp en Lao). On continue... à pied ou quoi ? Non en taxi chinois cette fois. Un no man's land d'un ou deux km et on arrive devant le poste frontière Chinois !!! Changement radical. On se croirait devant un aéroport, géant, moderne, tout l'opposé du Laos !

On y rentre (avec le sourire) passeport et visas à pleine main ! On remplie un petit formulaire avec un garde chinois qui regarde déjà nos passeports, sans commentaires !!! Ca serait bon... Attendons jusqu'au bout de passer le poste frontière. "Ni Hao" (bonjour), ça fait toujours bien. On passe chacun de notre côté, pas de commentaires, pas de blague non plus, juste un sourire niais histoire de montrer que l'on est gentil, heureux de venir voir ce magnifique pays qu'est la Chine, qu'il fait beau, que la frontière est belle, certainement la plus belle du monde, que les chinois sont gentils, certainement les plus gentils du monde, que leurs uniformes sont beaux, certainement... et que c'est une destination inoubliable... Tu m'étonnes, elle l'est déjà, inoubliable, avant même d'être entré dans le pays !!! Tout à l'air en règle, il me regarde, regarde mon passeport et s'arrête sur le tampon (de la préfecture) et demande d'apporter celui d'Elise pour comparer... Suspens (très fort ces chinois pour te mettre la pression)... Finalement on passe tous les deux, tampons en poche (photo du jour, parce qu'elle le vaut bien), calme à l'extérieur, explosif à l'intérieur : "On l'a faiiiiiiiiiiiiittttttttt !!!". Le garde qui avait contrôlé Elise me demande mon passeport et nous demande si on voyage ensemble ! Oui. Il regarde puis me le redonne ! Ah ah, jusqu'au bout, trop forts ces chinois !

Et voilà la belle histoire, pour la suite, il pouvait nous arriver (presque) n'importe quoi, on était entré, malgré cette date (before 6 march).

A la sortie de l'aéroport, euh non du poste frontière, deux chinoises nous proposent de changer nos kips (monnaie laotienne) en Yuan. Oh la, doucement les filles, on se remet de nos émotions après on voit... Le taux semble ridiculement bas, on change juste un peu de monnaie pour prendre le taxi qui nous déposera à la bus station, direction Jinghong.

Arrivée dans la ville frontière, ça fait tout bizarre. Grand, assez moderne, propre, même très propre, ça fait même un peu ville témoin !

On demande pour le bus, mais on n'a pas assez de monnaie, évidemment. On nous indique une banque, où se trouve un distributeur. On ne comprend rien, tout est écrit en chinois ! Et ils parlent tous que chinois, pas un brin d'anglais ! Bon je sors mes mains de mes poches et je joue avec elles pour demander à un jeune de la banque de venir m'aider à retirer. Ca marche et on arrive à retirer de l'argent... Ca y est on peut y aller.

A la bus station, pas de bus pour Jinghong, il faut d'abord aller à Mengla.  Une heure de route : autoroute, tunnels, on est en montagne mais contrairement au Laos où l'on monte et descend les monatgnes, ici on les traverse, c'est plus rapide bien sûr ! On sent déjà une différence énorme entre la Chine et les pays traversés auparavant.

Arrivée à Mengla, deux mecs nous sautent dessus, prennent nos sacs et les mettent sur leurs motos... "Jinghong bus, Jinghong bus..." me dit l'un d'eux, tout en montrant sa montre (en gros on est à la bourre pour chopper le dernier bus : le langage de mains me parle de plus en plus !). On arrive à la bus station 10mn trop tard ! Pou pou pou c'est pas grave, on va dormir ici et partirons demain.

Guesthouse (glauque et pas tip top mais bon marché) juste en face de la bus station... Un premier repas chinois très bon dans une cantine locale et zou repos bien mérité ! Quelle arrivée, on s'en souviendra, c'est clair !

visa-chinois.gif

Visa Chinois bel et bien tamponné ! - Frontière Laos-Chine

 


 

Que signifie le drapeau Chinois ?

 

chine-drapeau.gif

 

La couleur rouge est le symbole de la révolution et le jaune, celui de la lumière inondant le territoire chinois. Les cinq étoiles et leur relation représentent l'unité du peuple chinois (les 4 petites étoiles) sous la direction du parti communiste chinois (la grosse étoile).

 

Autre signification concernant les 4 étoiles qui représenteraient les classes unies par le programme commun : les travailleurs, les paysans, la "petite bourgeoisie" et les "capitalistes patriotes".

 

On trouve une autre interprétation qui se rapporte à la période de la fondation de la République de Chine par Sun Yat-sen (1911) : la grande étoile représenterait la population majoritaire, les Hans (l'ethnie chinoise à proprement parler) ; les quatre petites, les quatre principales minorités à l'époque : Mandchous, Tibétains, Mongols et Huis et aujourd'hui les minorités ethniques en général.

 

Le chiffre cinq (les cinq étoiles présentes sur le drapeau) est traditionnellement un chiffre faste dans la culture chinoise, tout comme la couleur rouge, qui par une heureuse coïncidence est aussi le symbole de la révolution socialiste.

 


 

Troisième étape : la Chine

 

Arrivée en Chine prévu fin Février début Mars.

 

Voici l'itinéraire prévu :

 


Nous ferons deux parties : le Yunnan et le Tibet. Mais pour le dernier, il ne faut pas le dire !!! Et on verra d'ailleurs comment se passera l'obtention du permis, l'organisation avec guide et tout le tralala. Je me penche en ce moment sur ce sujet, pas si facile que ça, surtout à distance ! Même avec Internet et ses joyeux forums !

 

Donc le trajet Tibétain est à ce jour très vague.

 

Environ 15 jours pour chaque région.

 

Ensuite on entrera au Népal.

Partager cette page
Repost0

Où sommes-nous ?

Nous sommes en France...

En Bretagne pour le moment...

 

2tetesenlair@gmail.com

Articles Par Pays